Jaja à  la médiathèque de Bruay-la-Buissière

Blog
Étiquettes :

Un article publié dans l’Avenir de l’Artois :

 

Mercredi 13 avril à  la médiathèque de Bruay-La-Buissière était organisée une visite décalée animée par quatre artistes accueillis sur le territoire d’Artois Comm de novembre 2010 et à  avril 2011.

Ils interviennent habituellement dans le cadre du CLEA (Contrat local d’éducation artistique), un dispositif qui s’adresse aux jeunes âgés de 3 à  20 ans.
Mis en place sur le territoire d’Artois Comm pour les trois prochaines années scolaires, le Clea offre la possibilité de faire se rencontrer les artistes, les élèves et les enseignants pour des projets culturels et éducatif. Les actions menées se déroulent en temps scolaire ou hors temps scolaire, et peuvent avoir lieu au sein des établissements scolaires, de centres sociaux, de centres de loisirs, d’Instituts médico-éducatifs, d’Instituts d’éducation motrice, de structures culturelles, ou encore dans des lieux publics.
Pour cette première année, les artistes impliqués dans le Clea se sont regroupés et ont créé un projet spécifique intitulé Jaja (Journée d’aventures joyeusement artistiques). Au cours d’une demi-journée, ils investissent un établissement scolaire ou un lieu culturel, et surprennent les jeunes par des interventions inopinées. Lise, qui travaille à  la médiathèque bruaysienne, et ses collaborateurs, avaient tenu à  ce que ces artistes sortent de leur cadre habituel de travail et interviennent dans le local municipal. Et ces artistes proposent de découvrir différents domaines culturels, du conte au théâtre, en passant par la chanson, en privilégiant toutefois pour cette première édition l’écriture et la lecture avec un poète et un illustrateur. Ils apparaissent pour ce qu’ils sont : des catalyseurs d’énergies, des développeurs d’imaginaires, des personnalités fortes portant un regard singulier sur le monde en le questionnant sans cesse. Ils s’appuient sur des formes d’intervention ou d’actions très variées, se différenciant toutefois des traditionnels ateliers de pratique artistique.

Pour les curieux
Parcourant les travées de la médiathèque, nos quatre artistes ont surpris les visiteurs-lecteurs. Positionnée dans un recoin de la salle de lecture, Chirine El Ansary fit tirer au hasard aux enfants des thèmes de conte qu’elle narra ensuite. S’inspirant de sa vie cairote, de ses souvenirs d’enfance et de ses voyages à  travers l’Égypte, Chirine El Ansary est une conteuse qui revisite le répertoire des Mille et Une Nuits pour livrer au public son approche personnelle et sensible.
Pendant ce temps, Julien Martinière s’était positionné à  l’entrée de la médiathèque et traçait sur le sol des formes diverses. Son objectif : s’inscrire dans une démarche éphémère qui intrigue. Illustrateur de nombreux albums pour la jeunesse, Julien Martinière développe son travail en lien avec différents auteurs à  qui il prête son crayon et son univers graphique. Ces rencontres marquent un travail très éclectique puisque s’exprimant aussi bien à  travers des ouvrages jeunesse que des manuels scolaires ou la presse. « Le travail que je développe est centré sur le dessin dit d’illustration, qui mène une vie dans les livres, en particulier les albums pour la jeunesse. Foyer de création et de jeux graphiques, rencontre du texte et de l’image, j’utilise le livre jeunesse comme un espace d’expériences esthétiques. Puisant dans l’histoire des arts, dans le détail le plus anodin du quotidien, des objets, des expressions, tout est propice au jeu du stylo bille sur la feuille de papier. » Présent également pour cette visite décalée, Nicolas Lefevre, alias Lulu, un chanteur jonglant avec les mots et les notes. De sa voix posée, il livra des aventures ludiques et invita les personnes présentes au voyage. Présent à  ses côtés, Jacques Demarcq, qui, pour sa part, oeuvre entre autres dans la poésie et le conte. Il explore les mots lus et/ou chantés. Ses écrits ne nécessitent aucune culture ou préparation particulière, juste un peu de liberté d’esprit…
Cette visite décalée est un après-midi que les habitués de la médiathèque ne sont pas près d’oublier !

J.-M. S.